Médiathèque

2016

CONCERT Diane TELL & Dominique BABILOTTE

  

 

L’artiste Diane Tell nous promet une généreuse soirée

 

Où se situe actuellement votre port d’attache ?

Ces derniers jours et dans le but d’écrire, je me suis volontairement et temporairement mise à l’écart, dans le canton du Valais en Suisse. Je compose pour un album à venir, mais j’avance aussi sur tout un bouquin consacré à l’industrie de la musique. Comme une interrogation, d’un point de vue culturel et à l’intention des jeunes artistes, sur l’évolution de notre métier, et l’émergence, comme une révolution, des plateformes numérique musicales (1). Sinon, j’apprécie toujours d’avoir un pied au Québec et un autre en France. Après avoir hésité à m’installer en Bretagne, pour ses paysages, belles côtes, nature sauvage, la voile et le surf que j’aime à pratiquer, plus le côté identitaire des Bretons et leur grande réceptivité à la musique francophone, j’ai finalement choisi le Pays Basque avec sa toute proche Espagne, pour le dépaysement total avec le Canada.

Comment, jusqu’à récemment, colorez-vous votre carrière ?

J’ai sorti quatre albums en six ans. Dont Une, qui est un original sorti en France en 2015, et comme tous les dix ans, un album compilation, Passé simple. Aujourd’hui, je ne suis pas spécifiquement dans une tournée, mais en tant qu’artiste indépendant, je suis toujours en spectacle. J’aime à diversifier les interprétations scéniques, du solo guitare-voix avec l’instrument étudié au conservatoire, au quatuor. Et d’autres plus amples orchestrations, comme au Québec lorsque nous avons rendu hommages à Félix Leclerc et Jacques Brel. À côté, je réalise mes propres chansons en vidéo, j’aime les prises de vue avec la nature toujours présente, et l’écriture reste au centre de mes occupations.

Quel spectacle allez-vous imaginer pour le public morivain ?

Entre nouvelles et anciennes compositions, bien sûr que je ne vais pas me priver de faire les chansons que les gens aiment, comme La légende de Jimmy, Si j’étais un homme. Et des chansons qui me tiennent à cœur, d’Aznavour, ou certains standards de jazz américains réécrits par Boris Vian mais inédits. En solo, on peut se permettre beaucoup, en harmonie avec le public.

(1) Voir la rubrique Diane cause musique sur le site dianetell.com.

 

Samedi 30, salle Eole de Morieux à 20 h 30. En première partie, Dominique Babilotte. Places assises, vente sur place ou réservation (22 €) par mèl à contact@artmorzik.fr, ou auprès de Jacques Garoche au tél. 09 75 92 58 42.

 

 © Y. Madec - Ouest France

 

Dominique Babilotte chantera en première partie de Diane Tell

 

Comme dans les années 80 lorsqu’il se produisait sur la prestigieuse scène du Printemps de Bourges, Dominique Babilotte continue d’aller à la rencontre de tous les publics, avec la même envie et la même force. Pour le chanteur picard, ayant fait le choix de résider à Plaintel, oubliés sont « la prometteuse carrière et le break total avec le milieu artistique durant quinze ans, choix de vie oblige ». Car en 2002, à la faveur d’un nouvel album sur lequel l’humoriste, ami et voisin Laurent Chandemerle œuvre en tant que choriste, Dominique Babilotte se lance dans un deuxième parcours musical heureux. L’auteur, compositeur et interprète renoue avec le registre qu’il affectionne : la chanson engagée, un regard critique sur la société, tout en mêlant sentiments de tendresse et de colère. Avec une pensée pour le côté acteur de Serge Reggiani, à qui il a d’ailleurs consacré deux beaux albums de reprises, l’artiste finalise un nouveau disque, à sortir en 2017, dont « les thèmes sont de circonstance, avec des titres à l’écriture cinématographique, comme des instantanés de vie ou des courts-métrages ». Même pris par une autre activité professionnelle, dans l’entrepreneuriat coopératif, le chanteur apprécie de retrouver l’ambiance des tournées. Que ce soit à titre personnel, le temps de quinze dates environ dans l’année, en Bretagne ou ailleurs, ou lorsqu’est présenté, comme récemment à Paris, le spectacle musical qu’il a conçu autour de chansons de Pierre Perret. Sur son prochain concert morivain, Dominique Babilotte confirme : « Je me fais déjà une joie immense de me produire en première partie de Diane Tell, avec laquelle j’ai déjà eu des contacts artistiques ». Pour l’interprète parfois guitariste, ce sera avec son comparse de toujours, le pianiste costarmoricain Philippe Turbin, instrumentiste entre autres de Gilles Servat ou Clarisse Lavanant. Anciennes, nouvelles et chansons de Reggiani doivent s’inscrire ce 30 avril au répertoire de l’artiste généreux, et toucher l’assistance.

Samedi 30, salle Eole de Morieux à 20 h 30. Places assises, réservation (22 €) par mèl à contact@artmorzik.fr, ou auprès de Jacques Garoche au tél. 09 75 92 58 42 et Marie-Annick Briens au tél. 02 96 32 73 45.

 

© Y. Madec - Ouest France

 

 

Plus de 220 spectateurs saluent l’artiste Diane Tell

 

Avec la programmation samedi soir de Diane Tell et Dominique Babilotte, par l’intermédiaire du bénévole morivain Jacques Garoche, l’association Art Mor’Zik présidée par Claude Philippe a une nouvelle fois permis aux amateurs de la chanson française de se régaler le temps d’une belle soirée spectacle. Plus de 220 spectateurs ont salué les prestations de deux artistes généreux. En première partie, le public a pu découvrir la présence scénique, au service de la poésie et des thèmes engagés chers à Serge Reggiani, de l’interprète et auteur plaintelais Dominique Babilotte, en harmonie avec son complice Philippe Turbin au piano. Puis une magnifique prestation de Diane Tell, grande dame à la joie communicative, voix immuable, comme une invitation au voyage, et par de nombreux échanges, toujours complice de l’assistance. Lors du final et belle surprise avant d’aller à la rencontre du public, les deux artistes ont communié en interprétant Quand les hommes vivront d’amour, chanson chère aux Québécois Félix Leclerc et Gilles Vigneault.

 

© Y. Madec - Ouest France

 

 

Quelques témoignages

 

Bonjour,

Voilà enfin les 2 sets photos, celui de Dominique Babilotte et de Philippe Turbin, et celui de Diane Tell. Les photos sont en basse def et marquées, donc utilisables sans modifications sur vos sites web et réseaux sociaux. Si vous envisagez une autre utilisation, pour des affiches par exemples, ou des programmes, etc.. me contacter avant, merci.

Je voulais profiter de cet envoi pour vous remercier et saluer la gentillesse, le professionalisme et l'investissement de tous les membres d'Art'morZik que j'ai rencontrés. Chapeau, c'est du beau travail que de faire vivre si joliment votre salle, et c'est agréable de savoir que la culture pour tous n'est pas encore une coquille vide de sens grâce à des gens comme vous. Ce fut une belle rencontre pour moi.

 

Encore merci pour tout, n'hésitez pas à me donner votre avis sur les images, continuez sur la belle route de votre association, et peut être à bientôt ?

 

Eric Giammattei

Photographe auteur

 

 

Je m'appelle Marie, je suis Québecoise de naissance, mariée à un normand depuis 30 ans ... qui

prend mari prend pays ..., mais effectivement dès qu'il s'agit d'artistes québécois ....

La soirée était vraiment très sympa, concert très intimiste dans une salle très agréable à taille

humaine, et cette soirée va rester gravée dans ma mémoire.

Nous connaissons les chansons de Diane Tell depuis une trentaine d'années, et ce qui nous a

particulièrement plu, c'est qu'elle nous fasse revivre quasiment l'histoire de sa carrière.

Avec un Tell commentaire, on avait vraiment l'impression de revivre l'histoire de chaque

chanson. En bonus, nous avons redécouvert une charmante et gentille personnalité.

Nous avons découvert Dominique Babilotte dont nous ignorions tout, et apprécié son concert, il

n'interprète pas ses chansons mais il les vit réellement avec nous. Nous avons apprécié qu'il

revienne pour clôturer cette soirée avec Diane Tell avec notre hymne à l'amour québecois de

Félix Leclerc, quelle merveilleuse idée.

"Quand les hommes vivront d'amour, il n'y aura plus de misère les soldats seront troubadours

et nous nous seront morts mon frère ..."

La vie n'est pas toujours facile, merci beaucoup à mon mari et à ces deux artistes, pour cette

parenthèse, j'ai apprécié chaque instant, qui m'a permis de mettre de côté le temps d'une

soirée, ce que la vie nous réserve de plus insupportable et compliqué.

Merci encore à vous pour ces photos.

Bien Cordialement.

Marie.  (E-mail transmis par Claire Le Friec)

retour à la liste