Médiathèque

2016

CHOUCROUTE & PAPILLONS 2016

 

 

LE TELEGRAMME

Morieux Rencontres littéraires. Un moment fort

Cabaret lecture, un espace ouvert sur la littérature, a été une réussite pour les organisateurs d’Art Mor’Zik Choucroute et papillon. Une rencontre dans une atmosphère conviviale et intime, entre écrivains, poètes et amateurs de littérature, de choucroute et d’huîtres. Deux scènes ont accueilli tour à tour les intervenants : Valérie Linder, illustratrice, poète et enseignante des arts appliqués, qui accompagne aussi en images des textes d’auteurs de poésie contemporaine ; Manuelle Campos, qui a séduit son auditoire avec ses poèmes nostalgiques ; Patrick Dubost, plein d’énergie et d’humour ; Denis Flageul et Marino, pour la lecture d’un texte grinçant sur la rupture ; Camille Kerdellant, lectrice et comédienne qui délivre « des paroles libé- rées coquines et sensuelles crues et secrètes parfois ». Pour terminer cette belle rencontre, place était donnée aux slameurs Grand Cormoran, Clotilde (championne de France 2014) qui jouent avec les mots.

Concert de Diane Tell le 30 avril Claude Philippe, le président d’Art Mor’Zik, a annoncé le prochain événement organisé par l’association : un concert, le 30 avril, avec Diane Tell, chanteuse et musicienne canadienne, interprète de « Si j’étais un homme », « La légende de Jimmy », etc., avec en première parie Dominique Babillote, qui séduira par la qualité de l’interprétation des chansons de Serge Reggiani.

À noter Concert de Diane Tell et Dominique Babillote, le 30 avril, à la salle Éole.

Tarif : 22 €. Réservation : tél. 09.75.92.58.42 ; e-mail contact@artmorzik.fr

© Claire Le FRIEC

 

 

 

OUEST-FRANCE 

Les visiteurs du salon littéraire partagent un grand cru

         

Venus du Penthièvre, d’Alsace, de Nantes ou de Paris, près de 500 amateurs de littérature conserveront un souvenir mémorable de cette 3e édition du cabaret morivain de lectures et de bien manger initié ce week-end par le collectif Choucroute et papillon. Et que ce soit samedi ou dimanche, l’ensemble des auteurs et écrivains invités du salon littéraire ont partagé l’avis formulé par le poète Patrick Dubost, au sortir de sa performance de lecture publique : « Merci aux organisateurs de ce festival étonnant, magique et plutôt incroyable ».

 

Un ton décalé

Il faut dire que le ton du festival était, dès l’entrée de la salle Eole, comme dans huit autres lieux dédiés à la passion des livres et des bons mots, bel et bien donné : des ouvrages, parmi des éléments de décors atypiques, s’offrant par centaines à la compulsion ; une machine, pour laquelle le visiteur pouvait soumettre un nom de baptême, capable d’éditer des poèmes par millions ; l’espace « Emmenez-moi », pour le troc de bouquins, mais où on pouvait aussi noter la présence d’une liste de titres de livres que le visiteur ne pourrait jamais échanger ; l’aire « Envole-toi papillon », pour les balançoires de lectures intimistes en binôme ; et les quatre fameuses baignoires d’écoute attentive de lectures crues ou insolites…

Parmi la trentaine de bénévoles de l’équipe organisatrice, Loïc Berthou salue en premier lieu l’exercice, toujours complet devant 130 spectateurs, de la scène ouverte : « Lectures insolites, textes percutants et variés ou théâtralité ont emporté l’assistance, réceptive dans l’écoute du rire ou de la tragédie ». Si jamais 4e édition devait avoir lieu, Choucroute et papillon saura sans nul doute explorer de nouvelles pistes de partage, toujours au service des Belles-lettres.

 

© Yann MADEC

 


 

 

 

 

retour à la liste